Grand format - Le travail d’un juré de prix littéraire est-il vraiment harassant?

Bernard Pivot et Virginie Despentes à la fenêtre du Drouant le 7 novembre 2018. Les voici maintenant tous deux démissionnaires de l’académie Goncourt.
Bernard Pivot et Virginie Despentes à la fenêtre du Drouant le 7 novembre 2018. Les voici maintenant tous deux démissionnaires de l’académie Goncourt. - Gonzealo Fuentes/Reuters.

Bernard Pivot, président depuis 2014, a démissionné le 2 décembre, après avoir « mûrement réfléchi ». Il en avait d’ailleurs averti ses camarades du Goncourt dès le mois de juin. Il part, dit-il, « sans amertume, sans regret ». Il ajoute qu’il a « passé quinze belles années au Goncourt, dix années comme membre du jury et cinq années comme président ». Mais qu’il est aujourd’hui temps de penser à lui : « Je suis dans ma 85e année et je veux retrouver un libre et plein usage de mon temps. »

C’est un peu la même motivation pour Virginie Despentes, membre depuis 2016, qui a annoncé sa démission, elle, le 6 janvier. Elle manque de temps pour écrire, et elle veut se consacrer à l’écriture. C’est ce qu’elle précise dans la lettre que nous reproduisons ci-dessous.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct