lesoirimmo

Dix ans du CDJ: le gardien de l’éthique journalistique a fait ses preuves

«
Nous sommes en conflit ouvert avec le CSA car celui-ci remet en question le partage de compétences prévu
», explique Marc de Haan, président de l’AADJ, l’ASBL qui chapeaute le CDJ.
« Nous sommes en conflit ouvert avec le CSA car celui-ci remet en question le partage de compétences prévu », explique Marc de Haan, président de l’AADJ, l’ASBL qui chapeaute le CDJ. - Dominique Rodenbach.

La défiance vis-à-vis de la presse et des journalistes progresse. Face à ce constat, le secteur n’est pas resté les bras croisés et a pris ses responsabilités. Il y a dix ans, il a choisi de s’autoréguler. Depuis janvier 2010, un organe est à la disposition des citoyens pour leur permettre d’exercer leur droit à être informé correctement : le conseil de déontologie journalistique (CDJ). Composé de représentants des éditeurs, des journalistes, des rédacteurs en chef et de la société civile, il est chargé de traiter les plaintes qu’il reçoit à propos d’un article, d’un reportage TV/radio… mais aussi d’informer le grand public et les rédactions sur la déontologie et de codifier celle-ci. Même s’il est financé – en partie et de manière indirecte – par les pouvoirs publics et qu’il bénéficie d’une reconnaissance légale via un décret, il est indépendant du monde politique. Son modèle assez unique a largement inspiré la France qui vient de créer son instance d’autorégulation journalistique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct