RD Congo: la représentante de l’ONU dément les risques de «balkanisation» du pays

«
Avec tout le travail que nous faisons, comment peut-on dire que nous sommes complices de la balkanisation
?
», s’indigne Leila Zerroughi.
« Avec tout le travail que nous faisons, comment peut-on dire que nous sommes complices de la balkanisation ? », s’indigne Leila Zerroughi. - D.R.

La représentante à Kinshasa du secrétaire général de l’ONU, Leila Zerroughi, une diplomate algérienne aguerrie, ne mâche pas ses mots : pour elle, les thèses évoquant une éventuelle balkanisation de la RDC sont hors de question. En termes clairs, elle a salué le fait que « les Congolais sont très attachés à leur pays, revendiquant très fort leur appartenance. » En réponse à de nombreuses critiques dénonçant l’inefficacité des forces de la Monusco, elle a rappelé que les Casques bleus travaillaient en étroite collaboration avec l’armée congolaise.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct