Le cinéaste de la société du spectacle

Si le décor des films de Fellini, qui ramènent au temps de l’Italie fasciste de l’avant-guerre ou aux années « dolce vita » d’une Rome évaporée, a quelque peu vieilli, l’onirisme fou du poète de Rimini n’a quant à lui pas pris une ride, et Fellini pose, aujourd’hui comme hier, en styliste majeur du septième art. Son œuvre, qui a eu une influence sur celles de David Lynch, Terry Gilliam, Woody Allen, Jean-Pierre Jeunet, Paolo Sorrentino, annonce, dès la fin des années 50, et surtout dans son apothéose des années 60, l’ère du désenchantement, le culte de la célébrité et la peoplisation de la société, qui fleurissent aujourd’hui.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct