La première «salle de conso» de Bruxelles se dessine en coulisses

La salle de consommation à moindre risque de Paris, visitée récemment par une délégation bruxelloise, peut servir d’exemple.
La salle de consommation à moindre risque de Paris, visitée récemment par une délégation bruxelloise, peut servir d’exemple. - Geoffrey Van Der Hasselt

Le projet fera parler de lui dans les mois à venir : la première salle de consommation à moindre risque (SCMR) de la capitale, projet porté par la Ville de Bruxelles, entre dans sa phase d’atterrissage. Celle-ci doit aboutir, selon un calendrier confirmé par plusieurs sources, au dernier trimestre de 2020. Dans ce futur espace, les usagers dits « actifs » de drogue par injection ou par inhalation – on parle ici d’opiacés, comme l’héroïne, ou de stimulants, tels que le crack, et non d’une « simple » consommation de cannabis – auront la possibilité de consommer dans un cadre sécurisé et hygiénique, mais aussi d’être redirigé, s’ils le souhaitent, vers un soutien psycho-médicale et/ou administratif.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Société