Une solution pour artistes dans le monde des royalties

«
C’est toujours agréable de travailler pour des labels et artistes que l’on apprécie. Nous avons réussi à récupérer les revenus de droits voisins datant des années 90.
»
« C’est toujours agréable de travailler pour des labels et artistes que l’on apprécie. Nous avons réussi à récupérer les revenus de droits voisins datant des années 90. »

La notion de droits d’auteur, qui donne aux créateurs le contrôle de leur œuvre sur la vente ou encore la publication, est bien connue. En musique, les compositeurs et les paroliers bénéficient de ce type de droits. Les artistes-interprètes et les producteurs, eux, ont des « droits voisins » leur permettant de toucher une somme sur l’exploitation. Ces droits voisins représenteraient entre 10 et 30 % du revenu lié aux droits d’un titre. À l’inverse des ventes digitales ou du streaming, ces revenus ne sont pas des rentrées directes et seraient « compliqués » à collecter. Ce qui a mis la puce à l’oreille de jeunes entrepreneurs actifs dans l’univers de la nuit.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Entrepreneuriat