Réactions

Chems Mabrouk, présidente de la FEF et Docteur Giovanni Briganti, nouveau président du Cimacs (Comité interuniversitaire des médecins assistants candidats spécialistes). Dans une communication adressée au Soir, ils soulignent que « la décision de la ministre Valérie Glatigny s’inscrit en réaction à la décision du gouvernement flamand et dans la politique de contingentement fédéral. Or, depuis de nombreuses années, la Fédération Wallonie-Bruxelles souffre d’une pénurie de médecins, signe que le système de planification, en place depuis plus de vingt ans, doit être revu en profondeur ». Par contre, ils se disent « convaincus qu’une communautarisation du dossier INAMI sera un pas dans une direction négative pour tous les Belges. La communautarisation des sous-quotas ne doit pas constituer une étape vers la scission des soins de santé et de la sécurité sociale ». Cette réforme doit être « menée au niveau national et ce débat doit prendre de la hauteur en ne cédant pas aux sirènes communautaristes. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct