Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

«
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.
« Le Mercosur vend l’Amazone », dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier. - Reuters

Après le Ceta, le Mercosur ? Trois ans après le combat homérique mené par son gouvernement PS-CDH contre le traité entre l’Union européenne et le Canada, la Wallonie se dresse à nouveau sur la route d’un grand accord international : le traité Mercosur entre la même Union européenne et quatre pays sud-américains, le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay.

Ce lundi au parlement, l’accord de principe conclu le 28 juin 2019 a fait l’unanimité de toute la classe politique contre lui. Par la voix d’Elio Di Rupo (PS), le gouvernement PS-MR-Ecolo s’est engagé à faire barrage au texte tel qu’il se présente actuellement. Concrètement, « dans l’état actuel du dossier, le gouvernement wallon n’accordera pas la possibilité au gouvernement fédéral de signer quoi que ce soit », a souligné le ministre-président.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Politique