Le logement d’abord

Le logement d’abord
DR

Nous sommes vendredi soir et un énorme néon rouge illumine de ses cinq lettres – sauna – quatre hommes à moitié nus, assis en file indienne dans une rue en pente. « Je n’ai pas dormi pendant deux jours à cause d’une rencontre de programmateurs », raconte Claudio, un jeune Italien solidement bâti, tremblant légèrement, « j’ai tenu bon grâce au sauna ». Son collègue finlandais, plus expérimenté – ils travaillent ensemble dans une entreprise de software (le secteur des technologies est important dans le pays qui a vu naître Angry Birds, NDLR) – déclare, amusé : « On dit ici que ce qu’on ne peut pas soigner avec un sauna ou de l’alcool ne peut être que mortel. » Il existe même une journée du sauna : « Vous allez dans un sauna avec des gens que vous n’aviez jamais vus, vous vous déshabillez et transpirez ensemble », nous explique en riant Jaakko Blomberg, l’inventeur de cette journée, au cours de laquelle les saunas privés sont ouverts à tous.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct