Les psys tortionnaires de Guantánamo sur la sellette

A Washington, une manifestation a dénoncé l’ouverture il y a 18 ans de la prison de Guantanamo, zone de non-droit.
A Washington, une manifestation a dénoncé l’ouverture il y a 18 ans de la prison de Guantanamo, zone de non-droit. - Reuters.

Quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001, deux ex-psychologues militaires avaient rédigé un mémorandum détaillant des méthodes d’interrogatoire « dures » à utiliser avec les personnes suspectées de terrorisme refusant de répondre aux interrogatoires classiques : simulation de noyade (le prisonnier est allongé avec un linge sur le visage, sur lequel est versé de l’eau, ce qui le fait suffoquer), maintien pendant des heures dans des positions inconfortables et douloureuses, privation de sommeil, coups, etc.

Des techniques considérées comme des actes de tortures qui ont été utilisées par les forces américaines dans de nombreux sites de détention secrets, avant d’être décrétées non-conformes au droit américain et international.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct