Grand format - Comment Jupiler et Stella sont partis à la conquête du monde

La salle des bassins du PC d’AB-Inbev à Louvain.
La salle des bassins du PC d’AB-Inbev à Louvain. - Photo News.

Quelque 175.000 employés, 227 brasseries, 54 milliards de dollars de chiffre d’affaires, près de 30 % de part de marché mondiale… Les chiffres de la plus grande entreprise belge – le numéro un mondial de la bière AB Inbev – donnent le tournis.

Comment l’union au début des années 70 de deux brasseurs familiaux issus d’un pays aussi minuscule que la Belgique – Artois à Louvain et Piedbœuf à Jupille – a-t-elle pu aboutir cinquante ans plus tard à ce mastodonte plus grand que Coca-Cola ? Et surtout comment, dans un pays qui a vu une grande partie de ses fleurons industriels passer dans des mains étrangères, cette entreprise qui s’est appelée successivement Interbrew, Inbev puis AB Inbev a-t-elle pu grandir aussi fortement tout en restant contrôlée (en partie) par les mêmes actionnaires familiaux belges ? C’est à ces questions que tente de répondre un nouvel ouvrage de référence signé par quatre historiens de l’ULB et de la KU Leuven.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct