Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.
Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun. - Pierre-Yves Thienpont.

Reportage

Une des entrées de la bouche de prémétro Parvis de Saint-Gilles se situe juste devant la crèche. Une chance ! Si seulement cette entrée ne se limitait pas à une immense volée d’escaliers… Lorsqu’elle récupère Samuel vers 16 h et l’installe, tout emmitouflé, dans sa poussette, Elisabeth fait le tour du parvis pour rejoindre l’autre entrée, équipée, elle, d’un ascenseur. « C’est frustrant », peste Elisabeth. « Cela me rajoute cinq minutes. Ce n’est pas grand-chose, mais en les rajoutant à toutes les autres… Pour chaque trajet que je fais en transports en commun avec mon enfant, je prévois 20 minutes de marge. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Société