Le quotidien d’une famille recomposée à la campagne

Une semaine sur deux, Philippe conduit ses trois filles en voiture dans... trois écoles différentes. La semaine où il n’a pas ses grandes filles, il dépose la petite à pied à l’école du village.
Une semaine sur deux, Philippe conduit ses trois filles en voiture dans... trois écoles différentes. La semaine où il n’a pas ses grandes filles, il dépose la petite à pied à l’école du village. - Dominique Duchesnes.

Séparés il y a une dizaine d’années, les parents de Julie (16 ans) et Zoé (13 ans) ont choisi l’école secondaire qu’ont d’abord fréquentée leurs deux filles (avant que l’aînée ne change) davantage pour son enseignement que pour son accessibilité. « La qualité était primordiale pour nous », retrace leur père, Philippe, domicilié à Liernu (Eghezée). « Avec la maman des filles, qui habite à Corbais (Mont-Saint-Guibert), on a fait le tour des grandes écoles secondaires de la région. Et de toute façon, pour rallier celles de notre choix, c’était la galère en bus, soit de chez elle, soit de chez moi (ou les deux)… Alors, on a préféré la qualité à l’accessibilité, quitte à devoir les conduire. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Belgique