Libération d’Auschwitz: rencontre avec Gunter Demnig, l’artiste derrière les «pavés de la mémoire»

Gunter Demnig.
Gunter Demnig. - REUTERS

En relisant la lettre, la voix de Christiane Zieger-Ayanoglu se met à trembler. Quelques mots de reconnaissance de la part des descendants de la famille de Leo Fernbach, déporté à Theresienstadt avec sa femme Amalie le 2 octobre 1942… « Ils étaient tellement contents de savoir que quelqu’un avait décidé de s’occuper de leur famille », explique Christiane Zieger-Ayanoglu.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Société