Les combats de coqs: quand l’interdit séduit les Belges

C’est l’affluence des grands soirs au Coq d’or. Près de cinquante combats sont enregistrés pour la soirée.
C’est l’affluence des grands soirs au Coq d’or. Près de cinquante combats sont enregistrés pour la soirée. - Pierre-Yves Thienpont

A quelques centaines de mètres à peine de la frontière belge, la nuit tombe sur la campagne du Nord de la France. Aux abords du café le Coq d’Or, des dizaines de voitures se sont garées plus ou moins dans les règles. Une grande partie d’entre elles sont immatriculées en Belgique. A y regarder de plus près, certaines viennent même du Limbourg. Les occupants, la soixantaine bien sonnée, sortent des voitures et se précipitent vers le coffre dont ils sortent des cages en bois ou en rotin. Un caquètement ou un chant retentit. Celui d’un coq. Un volatile de la race des combattants du Nord qui va affronter dans la soirée l’un de ses congénères dans le gallodrome adjacent au café.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct