Un an après, Guaido veut montrer qu’il existe à l’international

Les responsables européens - ici, le chef de la diplomatie Josep Borrell (à g.) - ont chaleureusement accueilli Juan Guaido, mercredi à Bruxelles.
Les responsables européens - ici, le chef de la diplomatie Josep Borrell (à g.) - ont chaleureusement accueilli Juan Guaido, mercredi à Bruxelles. - AFP.

Il y a tout juste un an, Juan Guaido, président d’opposition du Parlement vénézuélien, s’autoproclamait chef de l’État par intérim. Avec l’appui des États-Unis de Trump, du Brésil de Bolsonaro et de la Colombie de Duque, il espérait renverser au plus vite le président Nicolas Maduro, mal réélu en 2018 lors d’élections boycottées par l’opposition.

Dans les semaines qui ont suivi, une cinquantaine de pays l’avaient reconnu comme président du Venezuela. Mais ses multiples tentatives de faire basculer l’armée, fidèle soutien de Maduro, ont échoué. Et Donald Trump a préféré se centrer sur un autre dossier : l’Iran.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct