L’époque: «Je n’ai pas envie qu’on mette tout sur le dos de Mai 68»

L’époque: «Je n’ai pas envie qu’on mette tout sur le dos de Mai 68»
Olivier Dion

Le consentement, qui fait le titre de votre livre, c’est le vôtre, mais aussi celui de toute la société à l’époque. Personne ne tiquait…

Tout était présent sous les yeux, mais personne ne voyait rien. C’est pour ça que cet extrait de l’émission Apostrophes avec Denise Bombardier est si intéressant (en 1990, alors que tout le monde parle d’un ton badin de ses conquêtes de « minettes », l’autrice canadienne est la seule sur le plateau à mettre en cause Gabriel Matzneff et à dire que la littérature ne peut servir d’alibi, NDLR). On a l’impression qu’il s’agit d’une féministe d’aujourd’hui qui a été transposée à l’époque. A ce moment-là, elle est la seule à s’indigner…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en France