Justice internationale: la Birmanie rappelée à l’ordre

Quelque 740.000 Rohingyas, selon l’ONU, se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de l’armée birmane et de milices bouddhistes.
Quelque 740.000 Rohingyas, selon l’ONU, se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de l’armée birmane et de milices bouddhistes. - Photo News.

La Birmanie a tout essayé pour ne pas être condamnée mais ça n’a pas marché. Le gouvernement du Myanmar a même envoyé son prix Nobel de la paix (Aung San Suu Kyi) plaider sa cause en décembre à la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, rien n’y a fait. Jeudi, la plus haute instance judiciaire de l’ONU a sommé le gouvernement birman de « prendre toutes les mesures en son pouvoir » pour éviter un éventuel génocide à l’encontre des Rohingyas, la minorité musulmane persécutée depuis août 2017.

Ces actes comprennent notamment le « meurtre de membres du groupe » rohingya et la « soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ». La Cour est d’avis que les Rohingyas restent « extrêmement vulnérables » en Birmanie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Asie-Pacifique