A la Commission, Didier Reynders a choisi ses alliés

Didier Reynders en conversation avec Vera Jourova, le 8 janvier dernier à Bruxelles.
Didier Reynders en conversation avec Vera Jourova, le 8 janvier dernier à Bruxelles. - EPA.

La bleusaille, si l’on ose dire, aura été de courte durée, pour Didier Reynders, commissaire européen à la Justice depuis début décembre. Animal politique déjà rompu aux institutions de l’UE durant sa vie ministérielle (et de vice-premier), puisqu’il a siégé dans différentes formations du Conseil (Ecofin, commerce, affaires étrangères…), il n’en reconnaît pas moins que son nouvel environnement tranche avec l’écosystème connu.

« C’est très différent d’un gouvernement », nous explique-t-il. D’abord, parce qu’il n’y a pas de majorité en tant que telle à la Commission. Les couleurs politiques représentées sont celles des partis au pouvoir dans chaque pays.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Union Européenne