Nicolas Godin Concrete and glass

<span>Nicolas Godin</span> Concrete and glass

Après Jean-Sébastien Bach pour son premier Contrepoint en 2015, voici Nicolas qui renoue avec son amour de l’architecture pour ce deuxième album solo.

Mais là où on s’attendait à de longues suites planantes, abstraites, entre Mike Oldfield et Eno, on se retrouve à l’opposé : de vraies belles petites chansons pop, sur des lignes pures et simples, entre chanteurs inconnus (Kirin J Callinan, Kadhja Bonet, Kate NV, Cola Boyy) et vocoder dont il retrouve les joies sur quatre titres, retrouvant ainsi l’esprit des Premiers symptômes et de Moon Safari de Air.

Et là, on se dit qu’il serait peut-être temps, plus de vingt ans après ses débuts, que les radios s’intéressent à Nicolas Godin.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct