Cinq millions pour dix-sept zones d’habitat vert

Comme au Chant des Oiseaux à Aywaille, des ménages ont trouvé leur bonheur dans d’anciennes zones de loisirs.
Comme au Chant des Oiseaux à Aywaille, des ménages ont trouvé leur bonheur dans d’anciennes zones de loisirs. - Roger Milutin.

Ne dites plus « zones d’habitat permanent », dites « zones d’habitat vert » ! En Wallonie, les premières ont longtemps eu mauvaise presse. Plus de 12.000 personnes sont installées dans ces espaces de loisirs en pleine campagne et souvent à proximité des plus beaux cours d’eau. Le logement provisoire pour de courts séjours est devenu définitif. Jusqu’en 2016, la loi imposait d’établir son domicile dans la commune où l’on vivait réellement. A Aywaille par exemple, 650 des 13.000 habitants vivent ainsi dans des logements plus ou moins précaires, entre chalets et caravanes. Souvent par choix, parfois par obligation.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Politique