Procès de l’euthanasie de Tine Nys: la maçonnerie mise en cause

Procès de l’euthanasie de Tine Nys: la maçonnerie mise en cause
La Voix du Nord 2003

Le président de la cour d’assises de Flandre-Orientale siégeant à Gand, Martin Minnaert a beau s’échiner à le répéter : le procès intenté pour assassinat à trois médecins qui ont contribué à, l’assassinat de Tyne Nys, une jeune femme de 38 ans atteinte de souffrances psychiatriques, ne concerne que ces faits et n’est pas celui de la loi ni du principe légalement approuvé de la vie de fin assistée.

Après l’éviction, jeudi de l’avocat des sœurs et du frère de Tine Nys, Fernand Keuleneer, évincé au motif que siégeant au sein de la Commission de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie, il se trouvait en conflit d’intérêts par rapport à ses clients, le remplaçant du plaideur bruxellois, avocat récurrent de l’Eglise qui se définit lui-même comme un conservateur catholique et s’érige contre l’assouplissement des lois sur l’euthanasie et l’avortement, a encore suggéré que la loi fin de vie se fondrait sur un conflit entre catholiques et laïques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct