Rensenbrink ou l’élégance rare du footballeur en smoking

Rensenbrink ou l’élégance rare du footballeur en smoking
Photo News

Un samedi soir sur terre pendant que l’âme du football romantique s’en est allée prendre l’air tout là-haut.

Un samedi soir où un pan entier de la jeunesse de milliers de quinquagénaires (et plus), supporters ou non de l’Anderlecht des années 70, se retrouve soudain avec le sentiment d’être eux aussi, quelque part, mis en bière.

Un samedi qui, dans les troquets des environs de Saint-Guidon, s’est probablement achevé par une tournée de Geuze (Belle-Vue, forcément…) à la santé du plus grand dribbleur jamais vu à l’intérieur des limites territoriales de notre championnat.

Un samedi soir qui s’achève sur un coup de blues, comme lorsque tous les grands, quelle que soit la couleur de leur maillot, se voient contraints par la vie, d’opter pour le gris cendre(s).

Un samedi soir où le football champagne descend un peu plus profondément encore dans la tombe.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Anderlecht