Les Balkans étouffent sous les particules fines

Une photo de Pristina, la capitale kosovare, prise ce 24 janvier.
Une photo de Pristina, la capitale kosovare, prise ce 24 janvier. - AFP.

L’air est un peu meilleur à Belgrade, mais Maxime se méfie de la brume qui enveloppe rapidement la ville au crépuscule. Ces derniers jours, la capitale serbe était plongée sous un épais brouillard, et l’odeur âcre du charbon mêlée aux pollutions industrielles était difficilement supportable. « J’avais des problèmes pour respirer, des difficultés à voir », raconte cet étudiant de 18 ans. « L’air était lourd. Quand je respirais, c’était vraiment bizarre. À certains moments, j’ai été pris de vertige… » Comme des milliers de Belgradois, Maxime s’est rué sur les masques respiratoires mis en vente dans les pharmacies en fin de semaine, et dont les stocks ont été épuisés en quelques heures.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Société