Dear Winnie, Winnie Mandela, une pasionaria qui dérange

<span>Dear Winnie,</span> Winnie Mandela, une pasionaria qui dérange

Pourquoi, dans l’imaginaire collectif, Che Guevara est-il devenu une figure romantique de la révolte, alors que Winnie Mandela a laissé le souvenir d’une folle extrémiste, avide de pouvoir, les mains tâchées de sang, à l’image d’une Lady Macbeth ? Les deux ont pourtant lutté contre des oppresseurs, dans des contextes différents mais avec une même intransigeance. L’un a aujourd’hui son effigie sur les t-shirts des adolescents tandis que l’autre apparaît comme un repoussoir, à l’opposé de son saint d’ex-mari. Autant dire que Dear Winnie, mis en scène par Junior Mthombeni, avance en terrain miné.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Les spectacles à l'affiche
    • 20-02-11_macbeth_084

      Fiche Un Macbeth Macbeth, Mobutu, même combat

    • i-clit-4-©-Ayka-Lux-2-1

      Fiche i-Clit

    • christian_rizzo_-_une_maison_c_marc_domage_1

      Fiche Une maison idéale

    • Backstage- Crédit Hichem Dahes

      Fiche Backstage Turbulences en coulisses

    • d-20191007-3WHP1Z_high

      Fiche Le chant des ruines Fenêtre sur un sombre futur