La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

Matteo Salvini est battu, mais il n’est pas défait, loin de là. © AFP.
Matteo Salvini est battu, mais il n’est pas défait, loin de là. © AFP.

On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé le Mouvement Cinq Etoiles, il y a dix ans, à travers un « Vaffanculo Day » (sic) mémorable.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct