Procès en destitution de Trump: le pavé dans la mare lancé par John Bolton rebat les cartes

Des militants anti-Trump réclamant le départ du président lors d’une manifestation organisée à l’intérieur même du bâtiment du Sénat, le 16 janvier dernier à Washington.
Des militants anti-Trump réclamant le départ du président lors d’une manifestation organisée à l’intérieur même du bâtiment du Sénat, le 16 janvier dernier à Washington. - Reuters.

Le scénario était tracé d’avance. Les avocats assurant la défense de Donald Trump dans son procès en destitution au Sénat prévoyaient de boucler leur plaidoirie mercredi, après quoi l’on s’acheminerait vers une clôture de la procédure d’impeachment dès vendredi, une fois que les sénateurs auraient posé, par écrit, leurs questions aux deux parties. Tel était le vœu pieux de l’occupant du Bureau ovale : en finir sans délai avec cette « chasse aux sorcières » contre lui, accaparant tout l’oxygène du pays. Et lui offrir ainsi le triomphe souhaité, mardi 4 février, à l’occasion du discours sur l’état de l’Union, lui permettant de célébrer la défaite par K.O. des démocrates, la nouvelle mouture de l’accord nord-américain de libre-échange (USMCA) et les performances exceptionnelles de l’économie américaine. Le tremplin idéal vers une réélection dans un fauteuil le 3 novembre prochain, face à des démocrates humiliés, après le fiasco de l’impeachment.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct