Festival Moussem-Alger: l’utopie algérienne, de la rue à la scène

Le Hirak algérien, ou «
révolution du sourire
».
Le Hirak algérien, ou « révolution du sourire ». - Mustapha Benfodil

Rencontre

Après Tunis, Beyrouth, Casablanca et Damas, le festival Moussem, qui se penche chaque année sur une métropole du monde arabe, ne pouvait pas passer à côté d’Alger cette année, alors que l’Algérie vient de connaître un soulèvement sans précédent. Surnommé le Hirak (ou « révolution du sourire »), ce mouvement pacifique mais déterminé a conduit à la démission d’un Abdelaziz Bouteflika qu’on pensait indéboulonnable et mis en difficulté une classe politique inféodée aux généraux. La dynamique s’essoufflera peut-être face à la rigidité d’un état-major qui a mis le pays en coupe réglée mais le peuple algérien trouve aujourd’hui un relais solidaire sur la scène artistique belge.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct