L’entraîneur belge, ce mal-aimé du football professionnel

L’entraîneur belge, ce mal-aimé du football professionnel
Photo News

Analyse

Entraîner est un métier à risques. Peut-être même le plus dangereux au monde. » Du Vanhaezebrouck dans le texte, avec toute la nuance qui caractérise le verbe fort du bonhomme. Mais sur le fond, comment ne pas puiser dans cette « punchline » toutes les raisons de croire qu’il n’y a décidément plus de métier ? Et qu’en particulier, tout se perd encore davantage quand un technicien de surface (verte) possède une carte d’identité belge. Le coach du cru est une denrée qui se fait de plus en plus rare au sommet de notre football. Un recul statistique qui se marque pour de multiples raisons.

1

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct