Ska Keller: «Le Brexit a permis de montrer quels étaient les avantages de l’UE pour ses membres»

Ska Keller.
Ska Keller. - Reuters

Mais quel est donc cet obscur objet qu’est le Brexit ?

A minuit, ce vendredi soir à Bruxelles, Big Ben marquera 23 heures à Londres. C’est dire si le Royaume-Uni, notre proche voisin et jusqu’ici membre éminent de l’Union européenne, n’a jamais fait les choses exactement comme les autres… Pour autant, minuit ou 23 heures, à Bruxelles, à Londres et partout ailleurs dans l’UE, ce sera le moment fatidique : l’instant précis du Brexit, le moment où la « Perfide Albion » comme on la désigne parfois méchamment, larguera formellement les amarres, dans une quête stupéfiante d’un avenir meilleur, avec l’illusion de la liberté du célibataire, la certitude que l’on peut mieux faire seul ce que l’on faisait à plusieurs.

Le divorce sera alors consommé. Restera à (tenter de) renouer une « association » – un épais smog entoure encore le timing de cette opération « Phase 2 » et son aire d’atterrissage.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct