Jean-Luc Labbé, médiateur à Charleroi: «Mettre de l’huile dans les rouages»

Avaloir bouché, permis d’urbanisme non reçu dans les délais, refus d’aide sociale, contestation de redevance de parking payant, problème d’état civil : parce que les réponses données par l’administration ne sont pas toujours satisfaisantes, la ville de Charleroi s’est dotée d’un médiateur communal voici 27 ans. En Wallonie, Francis Groff a été le premier à remplir la fonction, dans le cadre d’un mandat renouvelable de trois ans qui garantissait son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique. « Je n’ai pas échappé pour autant aux pressions, il a fallu lutter contre l’essence même d’une culture profondément ancrée », explique l’intéressé.

Ce sillon qu’il a commencé à tracer continue à être creusé par son successeur Jean-Luc Labbé, sous contrat à durée indéterminée, qui compte maintenant 20 ans de métier.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct