Wallonie: la médiation communale à la recherche du modèle idéal

«
Au total, une vingtaine de communes collaborent avec nous
», observe Marc Bertrand, le médiateur de la Wallonie et de la Communauté française. © D.R.
« Au total, une vingtaine de communes collaborent avec nous », observe Marc Bertrand, le médiateur de la Wallonie et de la Communauté française. © D.R.

En Wallonie, c’est en 1993 que la médiation communale fait son apparition. Sur le modèle d’Anvers dans le nord du pays, la ville de Charleroi installe un « ombudsman ». Mission : améliorer le fonctionnement de l’administration et le service public au travers du traitement de réclamations de seconde ligne, quand les départements de la ville, du CPAS, de la police, des pompiers ou des régies locales n’ont pas répondu aux attentes. Le médiateur communal s’impose ainsi comme le « service après-vente » de sa ville : instance de recours, il intervient à la demande d’usagers – personnes physiques ou morales – dont les démarches n’ont pas abouti. Il peut aussi émettre des recommandations pour éviter la répétition de dysfonctionnements.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct