Presse: ne tuez pas le messager! (Et n’emprisonnez pas les journalistes…)

Les quatre journalistes burundais.
Les quatre journalistes burundais. - D.R.

Ne tuez pas le messager », écrivait il y a bien longtemps Sophocle dans Œdipe Roi. Deux bons millénaires plus tard, s’en prendre à celui qui apporte de mauvaises nouvelles est toujours une pratique courante, et pas uniquement dans des pays dirigés par des régimes autoritaires.

Au Burundi, on a appris cette semaine que quatre journalistes d’Iwacu, l’un des derniers médias indépendants du pays, avaient été condamnés à deux ans et demi d’emprisonnement et à près de 500 euros d’amende. Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpoznezi ont été reconnus coupables de « tentative de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat » par un tribunal de l’ouest du pays.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct