Coronavirus: la dangereuse passion des Chinois pour les animaux exotiques

Plusieurs experts pensent que le nouveau coronavirus apparu à Wuhan est passé à l’homme depuis un animal vendu dans le marché Huanan.
Plusieurs experts pensent que le nouveau coronavirus apparu à Wuhan est passé à l’homme depuis un animal vendu dans le marché Huanan. - REUTERS.

Des grenouilles, des faons, des castors, des porcs-épics, des civettes, des louveteaux et des serpents. Ce sont quelques-uns des animaux vendus dans le marché Huanan, à Wuhan, qui a servi de point de départ pour l’épidémie qui sévit actuellement en Chine. La plupart étaient conservés dans des cages et écoulés vivants. Le gérant d’un étal avait posté un menu en ligne comprenant 110 espèces, dont le prix oscillait entre 15 et 4.000 yuans (2 et 525 euros).

Dans l’Empire du Milieu, la pratique n’est guère inhabituelle. Les espèces exotiques – appelées ye wei ou « saveurs sauvages » – y sont en effet perçues comme une délicatesse. Certains n’hésitent pas à consommer des espèces en voie de disparition, comme le pangolin ou le tigre. D’autres pensent que ces animaux ont des vertus anti-cancer ou soignent l’impotence, une croyance alimentée par certaines pratiques de médecine chinoise traditionnelle.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct