Les hommes aussi peuvent être victimes de viol

Pour la députée VLD Goedele Liekens, il s’agit aussi d’amener la société à questionner le consentement des hommes, souvent considéré comme acquis. © Belga.
Pour la députée VLD Goedele Liekens, il s’agit aussi d’amener la société à questionner le consentement des hommes, souvent considéré comme acquis. © Belga.

Depuis novembre 2017, trois centres de prise en charge des violences sexuelles (CPVS) accueillent les victimes de jour comme de nuit à Liège, Bruxelles et Gand. Durant la première année, ces trois projets pilotes, amenés à se multiplier (trois centres supplémentaires, à Charleroi, Anvers et Louvain sont sur les rails) ont reçu 930 personnes. Dix pourcents de ces victimes étaient des hommes. Pourtant, reconnaître que des hommes peuvent être violés reste encore un tabou, voire un impensé, particulièrement lorsqu’ils le sont par des femmes. C’est pour visibiliser davantage ces victimes masculines et combler une faille dans notre législation sur le viol que des députés Open VLD ont déposé une proposition de loi visant à modifier le code pénal.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct