Les clubs de nuit berlinois en mode survie

Des clubs prestigieux ont déjà disparu ou ont été chassés du centre par des hôtels, des banques et des bureaux.
Des clubs prestigieux ont déjà disparu ou ont été chassés du centre par des hôtels, des banques et des bureaux. - REUTERS.

C’est la fin d’une époque pour la vie de la nuit berlinoise. Berlin n’est plus la ville qu’elle avait été dans les années 90 lorsque les terrains vagues et les usines désaffectés du centre offraient des espaces de liberté au centre de la capitale comme nulle part ailleurs en Europe.

La capitale n’est plus « sexy », comme le claironnait fièrement l’ancien bourgmestre, Klaus Wowereit, dans les années 2000. Surnommé à l’époque le « maire de la fête », il faisait référence à la vie nocturne foisonnante, libertine et illégale de la capitale allemande après la chute du Mur. Le Berlin bohème, c’était hier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct