Procès Weinstein: ses victimes racontent l’intimité d’un monstre

Harvey Weinstein, ce vieillard qui avance à pas comptés, n’a que 67 ans. Son procès est celui d’un ogre à la présence physique intimidante, un prédateur sexuel sans limites. © Reuters.
Harvey Weinstein, ce vieillard qui avance à pas comptés, n’a que 67 ans. Son procès est celui d’un ogre à la présence physique intimidante, un prédateur sexuel sans limites. © Reuters.

Le rituel est immuable : une frêle silhouette se présente autour de 9 heures du matin au tribunal de Manhattan, se déplaçant laborieusement avec l’aide d’un déambulateur, escorté d’une armée d’avocats et de policiers prévenants. Le vieillard qui avance à pas ainsi comptés n’a que 67 ans, et il s’appelle Harvey Weinstein. Au 15e étage l’attend une faune hostile, prête à conter une tout autre histoire : celle d’un ogre à la présence physique intimidante, un prédateur sexuel sans limites, capable d’enfoncer les portes des appartements new-yorkais pour violer ses proies sur le champ. Un producteur hollywoodien tout-puissant, qui jugeait normal de « posséder » toutes les jeunes femmes séduisantes ayant eu le malheur un jour de croiser son chemin. Quel contraste avec ce pauvre hère qui, à présent, progresse péniblement vers le box des accusés, troquant son déambulateur pour le bras secourable de ses avocats Arthur Aidala et Donna Rotunno.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct