Viktor Orban, l’État de droit et le «courage» du PPE

Viktor Orban est arrivé à Rome lundi. Après une rencontre avec son homologue italien Conte, il participe à un congrès aux côtés de Matteo Salvini et Marion Maréchal.
Viktor Orban est arrivé à Rome lundi. Après une rencontre avec son homologue italien Conte, il participe à un congrès aux côtés de Matteo Salvini et Marion Maréchal. - AFP

On prend la décision de ne pas prendre de décision. En grossissant à peine le trait, c’est ce que l’on retiendra de l’assemblée politique de la droite européenne (PPE) qui devait, ce lundi, se prononcer sur l’encombrant cas Orban. Et qui a courageusement choisi de repousser la décision à 2021 (!) tout en maintenant la suspension des eurodéputés hongrois. La raison invoquée, la nécessité pour le parti de « redéfinir ses valeurs fondamentales », de réfléchir à une « nouvelle vision politique ». En somme, de balayer, une nouvelle fois, la question sous le tapis.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct