Au CD&V, Joachim Coens impose la ligne régionaliste de Crevits

Personne ne rêve d’élection au CD&V mais les conséquences ne seront pas les mêmes pour tout le monde. Le nouveau président, Joachim Coens, n’est pas parlementaire. Contrairement à son parti, il a peu à perdre en cas de retour aux urnes. Réellement aux manettes depuis ce week-end – vu qu’il était jusqu’ici occupé par sa position d’informateur –, Coens a d’ailleurs réaffirmé et imposé lundi la position prônée depuis les élections par Hilde Crevits.

La ministre flamande de l’Economie est l’une, si pas la principale (outre Koen Geens désormais délégitimé) tête pensante de la stratégie du parti. « Elle veut absolument protéger la suédoise (N-VA, CD&V et VLD) et éviter les problèmes au sein de l’alliance en Flandre », analyse un collègue. « Elle sait qu’elle a son poste assuré au gouvernement flamand jusqu’en 2024, donc elle a le temps de voir jusque-là. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct