Le juteux marché du travail pénitentiaire

En Belgique, 1.700 détenus constituent la main-d’œuvre peu qualifiée, et à des prix défiant toute concurrence, d’entreprises privées.
En Belgique, 1.700 détenus constituent la main-d’œuvre peu qualifiée, et à des prix défiant toute concurrence, d’entreprises privées. - Vincent Lorent.

Près de la moitié des dix mille détenus en Belgique exercent des tâches professionnelles en prison. Parmi eux, 1.700 constituent la main-d’œuvre peu qualifiée, et à des prix défiant toute concurrence, d’entreprises privées. Ce « business » du travail pénitentiaire a donné lieu, ces dernières années, à une bataille juridique entre la Régie du travail pénitentiaire (service public autonome chargé de la mise au travail des détenus), l’État belge et l’entreprise Prisonworks. Le 29 novembre dernier, la Cour de Cassation a donné raison à cette dernière, rejetant le pourvoi introduit par l’État.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct