Règles budgétaires: l’Union va débattre, mais pas forcément réformer

Le vice-président de la Commission européenne chargé des Affaires économiques, le Letton conservateur, Valdis Dombrovskis, a quant à lui insisté sur la stabilité des finances publiques. «La stabilité est la condition sine qua non de la croissance», a-t-il dit.
Le vice-président de la Commission européenne chargé des Affaires économiques, le Letton conservateur, Valdis Dombrovskis, a quant à lui insisté sur la stabilité des finances publiques. «La stabilité est la condition sine qua non de la croissance», a-t-il dit. - reuters

La Commission européenne a donné ce mercredi le coup d’envoi à une évaluation des règles budgétaires européennes. Celles-ci, on le sait, ne font pas l’unanimité parmi les Etats-membres qui, pourtant, se les ont imposées. Il y a ceux du nord (lisez : en Allemagne ou aux Pays-Bas) qui plaident pour leur application (encore plus) stricte ; et ceux du sud (en Italie tout particulièrement, ou en France), qui souhaitent plus de « flexibilité » (nos éditions d’hier).

1

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct