Charline Van Snick avant le Grand Chelem de Paris: «Je ne suis pas une machine»

La Liégeoise habite à Paris depuis 2014.
La Liégeoise habite à Paris depuis 2014. - Geoffrey Meuli

Charline Van Snick a tourné la page 2019 de son album sans la moindre nostalgie. Deux médailles de bronze suspendues à son cou avec le Grand Chelem d’Ekaterinbourg (Russie) et le Grand Prix de Zagreb (Croatie), un trou noir complet à l’Euro (un combat) puis au Masters (ippon d’emblée en… 14 secondes !) et une 7e place frustrante au Mondial de Tokyo en finissant sur deux disqualifications. À comparer avec ses 5 breloques (en 8 tournois) en 2018.

« Ce fut très compliqué entre les petites blessures à gérer, de gros soucis personnels (NDLR : un divorce), les règles d’arbitrage en constante évolution et aussi, il faut l’admettre, quelques fautes dans l’attitude ou la réactivité. Je ne suis pas une machine… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct