Grand format - La peur du vide hante les rues commerçantes

À Wavre 17
% des cellules commerciales sont désertées… Mais 48,5
% des clients disent préférer le commerce urbain au commerce périphérique. © Michel Tonneau
À Wavre 17 % des cellules commerciales sont désertées… Mais 48,5 % des clients disent préférer le commerce urbain au commerce périphérique. © Michel Tonneau

La rue du Commerce porte difficilement son nom depuis quelque temps à Wavre. Huit cellules sont vides et offrent un décor désolant aux autres enseignes du centre piétonnier. Ailleurs, c’est la même absence que l’on ressent à certains endroits. On approche de la vingtaine de magasins fermés pour diverses raisons. « La ville à fuir », tentent d’ironiser certains en parodiant le slogan « La ville à vivre ». Ce qui n’est pas au goût de la présidente de l’Association des commerçants, Stéphanie Ghenne : à la question de savoir si le commerce se meurt, elle répond plutôt que « le commerce doit se réinventer. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct