«L’institut», un Stephen King privé d’humanité

Stephen King semble oublier en chemin la formidable humanité dont il dote habituellement ses personnages.
Stephen King semble oublier en chemin la formidable humanité dont il dote habituellement ses personnages. - Eduardo Islas.

Il faut parfois très peu de chose pour faire basculer une vie. Celle de Tim Jamieson a bifurqué le jour où il a accepté de céder sa place sur un vol au départ de l’aéroport de Tampa. Il n’était pas tellement pressé d’arriver à New York, et comme la compagnie, après des enchères qui ne séduisaient aucun passager, avait fini par lui offrir deux mille dollars, une nuit d’hôtel et le remboursement de son billet en liquide, il avait accepté. C’est ainsi que son voyage s’était transformé en un périple en auto-stop qui l’avait mené jusqu’à la petite ville de DuPray en Caroline du Sud. Et là, il avait décidé de s’installer quelque temps…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct