Aéroports: Lille confirme, il ne veut pas la guerre avec Charleroi

L’aéroport de Lille.
L’aéroport de Lille. - CORALIE CARDON

Lundi, le ministre wallon des aéroports Jean-Luc Crucke, en commission parlementaire, avouait aux députés wallons que « nonobstant les déclarations de l’aéroport de Lille, la menace pour BSCA (la société de gestion de l’aéroport de Charleroi) est à mon sens évidente ». Ce qui a fait rebondir Christophe Coulon, le président du Smalim (Syndicat mixte des aérodromes de Lille-Lesquin et de Merville) qui possède l’aéroport de Lille et qui vient d’en confier la gestion au groupe français Eiffage. Mr Coulon, qui est aussi vice-président du conseil régional des Hauts de France, veut rassurer « ses amis belges » et les assurer d’une non-agression, même s’il admet que le plan stratégique de développement de l’aéroport lillois dans lequel Eiffage va investir 170 millions se veut ambitieux.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct