Congés éducation: la formation francophone grippée par une réforme flamande

A l’EFP, institut de formation ucclois, de nombreux étudiants (ici, en micro-brasserie) se forment en marge de leur emploi. © Roger Milutin.
A l’EFP, institut de formation ucclois, de nombreux étudiants (ici, en micro-brasserie) se forment en marge de leur emploi. © Roger Milutin.

Voilà un effet secondaire de la 6e  réforme de l’Etat que, visiblement, peu de monde avait vu venir. La récente refonte de la législation flamande en matière de congé-éducation payé – « opleidingverlof » au nord du pays – est effectivement en train de s’inviter dans le quotidien de nombreux étudiants francophones. Ce dispositif qui se décline dans les trois Régions permet à un travailleur d’obtenir auprès de son employeur des congés rémunérés en vue de consacrer du temps à une formation complémentaire. Ainsi, un Ixellois travaillant à Zaventem et inscrit en cours du soir dans une haute école bruxelloise répondra de la Flandre pour l’obtention de ses congés. Longtemps restée fédéralisée, cette matière s’est retrouvée transférée aux Régions en 2014. Et la Flandre, première Région à basculer dans son propre modèle, a fait entrer en vigueur sa réforme à la rentrée de septembre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct