Ducobu 3: «Un troisième film pour un héros belge, c’est un rêve rare»

La réussite de Ducobu tient dans l’art de tourner gentiment en dérision l’autorité des profs et des parents.
La réussite de Ducobu tient dans l’art de tourner gentiment en dérision l’autorité des profs et des parents. - D.R.

Vendre les droits d’adaptation de personnages de bande dessinée à un producteur de cinéma, c’est comme prêter sa voiture à un mec bourré : faut pas venir se plaindre après ! Gaston Lagaffe, Spirou, Boule et Bill, Iznogoud, Michel Vaillant, Blueberry, Benoît Brisefer, Lucky Luke, le Marsupilami, Tanguy et Laverdure… aucun de ces héros populaires n’a été à la hauteur de sa réputation sur le grand écran. Sans doute parce que l’adaptation est toujours une forme de trahison.

« Il y a moins de véritables flops qu’on ne le pense », nuance Laurent Duvault, responsable des droits audiovisuels chez Mediatoon. Cette filiale du géant Média Participations gère les droits d’adaptation de la majorité des héros franco-belges de Dargaud, Dupuis, Lombard… et Laurent Duvault met la responsabilité des rendez-vous manqués entre la BD et le cinéma sur le compte du manque d’audace des réalisateurs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct