L’Indienne Arundhati Roy: «J’ai du mal à dire que j’aime mon pays»

Un manifestant contre la loi Citizenship Amendment Act arrêté par la police le 23 décembre à New Delhi.
Un manifestant contre la loi Citizenship Amendment Act arrêté par la police le 23 décembre à New Delhi. - Reuters

En Inde, Arundhati Roy n’est plus à présenter, à la fois star de la littérature et brebis galeuse. Quand, en 1997, elle publie à 36 ans son premier roman, Le Dieu des petits riens, qui évoque avec lyrisme l’adolescence et l’amour interdit, la critique reste muette. Roy a été la première Indienne à obtenir le Booker Prize et son livre, traduit dans plus de quarante langues, s’est vendu à plusieurs millions d’exemplaires. A croire que l’Inde s’était trouvé un nouveau symbole pour les 50 ans de son indépendance.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct