Les réalisateurs de «Filles de joie»: «L’héroïsme étrange de se séparer du corps et se prostituer»

Les réalisateurs de «Filles de joie»: «L’héroïsme étrange de se séparer du corps et se prostituer»

Après avoir collaboré ensemble sur Tango libre, Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevitch ont fait naître ensemble Filles de joie. Mais c’est Anne qui a présenté Fred aux filles et les filles à Fred après des mois de vie avec elles. Car si la voie de la fiction était évidente, le but comme le pratique Kechiche était de faire entrer la vie dans le cinéma.

L’héroïsme au féminin est très tendance. Mais vous avez pris le parti d’en parler à travers un milieu où justement, le féminin est constamment bafoué. Qu’est-ce qui vous a amené à choisir comme cadre le monde la prostitution ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct