Salvini en procès pour «séquestration de migrants»? Il hurle à la victimisation

Pour Matteo Salvini, qui s’est longtemps considéré omnipotent et intouchable, la politique migratoire, fer de lance de son irrésistible ascension institutionnelle, pourrait se transformer en épée de Damoclès.
Pour Matteo Salvini, qui s’est longtemps considéré omnipotent et intouchable, la politique migratoire, fer de lance de son irrésistible ascension institutionnelle, pourrait se transformer en épée de Damoclès. - Reuters.

Une victime de la justice ou un expert de « victimisation politique » ? Accablé par plusieurs affaires judiciaires qui le concernent directement ou qui visent la Ligue, le parti qu’il dirige d’une main de fer, Matteo Salvini a réussi, encore une fois, à diviser l’opinion publique italienne.

Dénoncé pour détention de migrants, l’homme fort de la politique nationale, passé à l’opposition après la crise gouvernementale de l’été dernier, vit dans l’attente fébrile de la décision de ses pairs au Sénat.

Ces derniers sont, en effet, appelés à se prononcer ce mercredi pour autoriser (ou pas) la tenue d’un procès à l’encontre de l’ancien ministre de l’Intérieur. Une première pour la péninsule en matière migratoire et un épisode décisif du surprenant parcours du « Capitano » de la droite radicale italienne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct